Edition 13 – Que planter dans son jardin : janvier – février 2024

Vous ne savez pas quoi planter en janvier – février  ?

Vous êtes au bon endroit !

Laissez-vous guider par nos idées à travers les mois !

Available Downloads:
Catégorie :

Description

La rotation des cultures

Une fois les parcelles en place au potager, je n’ai jamais compris pourquoi mon grand-père prenait un malin plaisir à les changer sans
cesse d’endroit. À croire qu’il voulait se compliquer la tâche ! Jusqu’à ce qu’il m’explique le principe de la rotation des cultures…

La danse des légumes : le procédé malin

Santé et nutrition. Chaque légume a des besoins spécifiques en éléments minéraux et puise dans le sol ceux nécessaires à sa croissance. Si une espèce est toujours cultivée à la même place, il va se créer un déséquilibre minéral. Par ailleurs, chaque légume ou type de légume est attaqué par des parasites et des maladies qui lui sont propres. En le cultivant toujours sur la même parcelle, on favorise l’installation de foyers infectieux.       Pour ces deux raisons, nutritionnelle et sanitaire, il faut toujours changer de place après une culture.

Enrichissement du sol. L’alternance des espèces est bénéfique pour le sol. Les longues racines travaillent le sol en profondeur, tandis que les plantes à l’appareil racinaires superficiel aèrent la surface. De même, les prélèvements d’éléments minéraux se font sur toute la hauteur utile du sol, ce qui réduit les apports d’engrais. Certaines plantes enrichissent le sol par leur simple présence : les légumineuses (nous parlons de Fabacées désormais) dopent le sol en azote.

Les différents types de légumes. Il est facile de les identifier. Les légumes-feuilles sont utilisés pour leurs feuilles (salades, épinard, bette,
cresson…). Ils ont de gros besoins en azote. Les légumes-racines sont cultivés pour leur racine (carotte, radis, betterave…). On y ajoute
les bulbes (ail, oignon…) et les tubercules (pomme de terre, topinambour…). Dans les légumes-fruits, on consomme le fruit (tomate,                          poivron, aubergine, melon…). Enfin, les légumes-graines nous intéressent pour leurs grains (fève, haricot, pois…).

Les règles de bonne conduite
Au suivant ! Il ne suffit pas de déménager les légumes au petit bonheur la chance ! La succession obéit à des règles de passage. Comme il faut attraper le cycle par un bout, commencez par diviser votre potager en quatre parcelles. Retenez alors l’ordre de passage pour qu’un type de légume chasse l’autre. Sur une parcelle, commencez par un légume-graine, il fournit l’azote pour le suivant, à savoir un légume-feuille. Lui-même est remplacé par un légume-fruit, suivi par un légume-racine, qui finit de tout prélever. Puis recommencer : le légume-graine du début passe sur la deuxième parcelle et ainsi de suite…

Conseil pour potagistes experts. Quand vous maîtriserez la rotation des cultures, vous pourrez cultiver votre potager de manière encore plus fine, en faisant la distinction entre légumes-racines (carotte, panais, navet, radis…), légumes-bulbes (oignon, ail, échalote…) et légumes-tubercules (pomme de terre, crosne du Japon, topinambour…), ici cités dans leur ordre de passage (à la suite d’un légume-fruit).

Moderato sur le compost. Vous serez souvent tenté d’épandre systématiquement du compost, surtout si vous êtes fier de l’avoir produit vous-même. Tenez compte des réels besoins des espèces potagères. Pas de compost pour l’ail, le chou de Bruxelles, le cresson, l’échalote, l’endive, l’oignon, la fève ou le radis. Une dose mesurée (de 1 à 3 kg/m²) pour la carotte, la chicorée, la laitue, le haricot, la poirée, le pissenlit ou le pois. Une quantité plus importante (de 3 à 4 kg/m²) pour l’aubergine, le cardon, le céleri, le chou-fleur et les choux, la courge, l’épinard, la tomate, le poivron ou la pomme de terre.

Le légume inclassable !
Une allure d’oignon mais des feuilles bien vertes, consommé à la fois pour son « vert » et pour la partie blanche poussant sous terre… Alors, le poireau, légume-feuille ou légume-racine ? Les avis sont partagés dans les débuts qui animent les potagers !

BON À SAVOIR
Ce qu’ignorait mon grand-père, c’est la façon dont ses légumineuses (des Fabacées comme le haricot, la lentille, le pois, l’arachide, la luzerne, le trèfle, le soja) agissaient dans son potager ! Dans de petites protubérances placées sur leurs racines (visible à l’œil nu – il suffit d’arracher un plant de pois ou de trèfle pour le constater) sont logées des bactéries qui ont la faculté de fixer l’azote atmosphérique. Il est donc nécessaire de bien aérer le sol pour favoriser les échanges gazeux au niveau des racines. L’azote gazeux est transformé en nitrates. Rejetés dans le sol, ils seront
disponibles pour les plantes à venir.

La rotation des cultures
Il s’agit de DÉLAI MINIMUM à respecter avant de cultiver un légume à la même place. Certains n’y sont pas soumis (pissenlit ou radis).
Ail : 5 ans
Aubergine : 5 ans
Betterave : 3 ans
Carotte : 4 ans
Céleri-branche : 4 ans
Concombre : 4 ans
Courgette : 3 ans
Échalote : 5 ans
Épinard : 4 ans
Haricot : 2 ans
Laitue : 2 ans
Melon : 4 ans
Navet : 4 ans
Oignon : 5 ans
Persil : 1 ans
Poireau : 5 ans
Pois : 4 ans
Poivron : 3 ans
Pomme de terre : 4 ans
Tomate : 2 ans