Edition 07 – Boidu – Dessinateur

Boidu – Dessinateur

Passionné par le dessin depuis petit, Mr. Boidu, qui n’est autre que le dessinateur des Aventures de Goustan, vient nous raconter son histoire.

Cet autodidacte est un réel passionné du dessin et prends toujours autant de plaisir à exercer sa passion.

Découvrez son interview !

Available Downloads:
Catégorie :

Description

Votre portrait :

Je suis natif de Brest, j’aurais pu être marin, voyageur au long cours, mais non… Comme quoi la vie… Je suis devenu militaire.

Pourquoi s’être tourné vers ce domaine ?

Je suis né avec un crayon. À ma rentrée au collège, je devais rentrer aux Beaux-Arts, mais, là encore, la vie en a décidé autrement. J’ai donc continué à dessiner pour mon plaisir et celui de mes proches.

 Votre parcours ?

Mon métier m’a fait découvrir la France et l’outremer. Il y a une quinzaine d’années, je suis revenu en Bretagne après 20 ans. Dans le Finistère, j’ai eu l’honneur de rencontrer une personne extraordinaire, qui, sans s’en rendre compte m’a redonné envie de revenir au dessin. Ce Monsieur, c’est Bruno LE FLOC’H (Outremer, une après-midi d’été, etc…) hélas parti trop tôt.

Quels sont vos projets ?

Les histoires (presque) vraies, présentées par Goustan avec Muriel LE GAL est peut-être le début d’une nouvelle aventure. Cela dépendra de l’accueil des lecteurs à ce projet. J’ai également d’autres projets avec Bruno L’HER et BLH Éditions, et d’autres seuls. Avoir des projets permet de garder un esprit jeune.

Quelles sont vos auteurs préférés / ceux qui vous inspires ?

Je suis complètement autodidacte. Mes maîtres sont ceux de l’école franco-belge (Hergé, Franquin, Lambil, Berck, Uderzo, Morris, EP Jacobs) mais aussi ceux de la presse, satirique ou pas (Plantu, Cabu, Maester, Gotlib). Mes dessins n’ont pas la finesse ni la précision de ces maîtres, mais je sais m’en contenter ; et le but recherché est de procurer du plaisir au lecteur. Je dois également une nouvelle stimulation pour le dessin à mon ami Bruno L’HER auteur de polars et de livres jeunesse. Il cherchait un illustrateur, et tout s’est fait naturellement entre nous. Plusieurs projets ont vu le jour depuis 2017, et depuis, je n’arrête pas.

Comment décriveriez-vous votre métier à des enfants ?

C’est un métier passionnant. C’est un réel plaisir de voir quelque chose naître de votre main et donner vie à une histoire, un personnage.

Quels conseils pourriez-vous donner à une personne qui souhaite faire ce métier ?

De ne pas en faire un métier. Le dessin doit rester une passion, car en vivre est très difficile, même si l’on est doué. Si une opportunité s’offre à vous, vous pouvez la saisir, mais il faut garder en tête qu’elle n’est peut-être que provisoire.

Je ne veux pas noircir un tableau et couper toute envie de vivre son rêve, mais je préfère prévenir et ainsi éviter toute déconvenue.

Qu’elle est votre source de motivation ?

Le plaisir ! Dessiner est un vrai plaisir. Le plaisir stimule l’imaginaire et nous donne l’envie d’aller plus en avant.

Sans ce plaisir, plus d’envie de dessin.

Dans la peau de quelle personne souhaiteriez-vous vous mettre le temps d’une journée ?

Aucune !! J’ai bien assez de mal à rester dans la mienne. Je suis bien dans ma peau et dans ma vie, donc je n’ai vraiment aucune envie d’être quelqu’un d’autre.

Pour terminer, l’interview avez-vous une anecdote amusante qui a pu vous arriver au cours de ses années d’expériences.

Malheureusement, je ne fais réellement ce « métier » que depuis peu d’années, et je n’ai pas d’anecdotes.